Le nucléaire est une énergie de l’avenir qui appartient au passé. Amory Lovins

L’énergie nucléaire est aujourd’hui utilisée massivement par de nombreux pays. Le nucléaire, nous disent les professionnels du secteur, résout de nombreux problèmes. Il couvre nos besoins croissants en électricité, contrebalance la raréfaction des énergies fossiles, et pourvoit à la nécessité aujourd’hui indispensable de recourir à des énergies qui n’accentuent pas le réchauffement climatique.

Pourtant, les problèmes du nucléaire sont majeurs. La sécurité des centrales tout d’abord -on l’a vu avec les accidents de Tchernobyl et de Fukushima- ainsi que le démantèlement des centrales, à ce jour très compliqué voire impossible. Mais il y a aussi et surtout le problème des déchets nucléaires.

Et même si l’industrie du nucléaire fait tout son possible pour le minimiser, les fait sont là :
A ce jour, le problème des déchets nucléaires est insoluble.

Une pollution massive offerte aux générations futures

En effet, à part les stocker -avec tous les dangers que cela représente- ou les rejeter en mer –avec les problèmes environnementaux évidents que cela induit-, on ne sait pas à ce jour comment les recycler.

Donc, on les stocke ou on les jette.

D’après l’agence internationale de l’énergie atomique, dans la 2ème moitié du 20ème siècle, les pays nucléarisés ont immergé plus de 100 000 tonnes de déchets nucléaires dans les océans.
En 1993, un traité des nations unies a finalement interdit l’immersion de tout déchets nucléaires en mer.
La France a été la dernière à signer l’accord.

Même si cette interdiction est une victoire pour l’environnement, de nombreuses zones d’ombres existent encore sur la gestion des déchets radioactifs : Paradoxalement, même si les rejets par bateaux des déchets conditionnés en fûts sont maintenant interdits, les rejets par les conduits terrestres allant directement des usines de traitement à la mer, eux, restent bien légaux.

Exemple:

Nombre de déchets radioactifs rejetés dans la manche chaque jour par l'usine de la Hague en France (en mètre cube)

Certains fonds marins sont devenus de véritables décharges de déchets radioactifs. Radioactivité que l’on retrouve ensuite dans toute la chaîne alimentaire, dans les algues, les crustacés, les mollusques, les poissons..

Un problème qui concerne tout le monde

Ce n’est pas mieux sur la Terre. En Russie, par exemple, des quantités colossales de déchets nucléaires venant de toute l’Europe sont stockés au fin fond de la Sibérie, à ciel ouvert.

Le problème est grave car une partie de ces déchets mettent des centaines de milliers d’années à perdre leur radioactivité. Ce sont donc à des milliers de générations à venir que nous léguons cette pollution.

Réalisé par Eric Guéret « Déchets, le cauchemar du nucléaire » est une enquête internationale scientifique et politique approfondie qui aborde le sujet tabou du nucléaire par sa zone la plus sombre : les déchets nucléaires. Ce film part à la quête de la vérité sur les déchets nucléaires. Il a pour ambition de donner enfin à chacun les clefs pour comprendre ces choix qui pèsent lourd dans l’avenir de l’humanité.

Le démantèlement de ses centrales nucléaires

En plus de la gestion de ses déchets, l’industrie nucléaire est face à un autre énorme défi : le démantèlement de ses centrales vieillissantes ou définitivement mises à l’arrêt.

Il y 40 ans, leurs concepteurs n’avaient pas prévu que ces centrales – devenant trop vieilles et donc dangereuses- devraient être un jour démontées… et qu’il faudrait stocker les éléments hautement radioactifs.

Personne ne dispose pas à ce jour des compétences techniques pour réaliser efficacement ces démantèlements. L’un des exemples est la centrale nucléaire de Brennilis fermée en 1985 : Depuis 30 ans, seulement 50% du démantèlement a été réalisé. Sans parler des coûts exorbitants qui se chiffrent en dizaines de milliards d’euros.

Approfondir le sujet

Pin It on Pinterest

Share This