Coronavirus : les trois issues possibles de la crise

Ne nous y trompons pas, la crise du Coronavirus que nous traversons actuellement est systémique. Et il n’y a que trois issues possibles…

different.land > Blog > Solutions aux grands défis du 21ème siècle > Coronavirus : les trois issues possibles de la crise

L’évolution est événementielle. C’est l’événement qui fait l’évolution et l’événement -en l’occurrence la circonstance- fait la transformation.Yves Coppens

15 Mar2020

Nous vivons actuellement un moment très particulier de l’histoire moderne de l’humanité. Jamais depuis l’avènement de l’Homo sapiens sur Terre la mondialisation des échanges et des idées n’a été aussi forte. Si une chose est sûre c’est que, quelle qu’en soit son issue, la crise actuelle liée au Coronavirus sera un chapitre dans le livre de l’histoire du monde. Et il y aura un avant et un après l’épidémie du COVID19. Car ne nous y trompons pas, il s’agit de beaucoup plus qu’une simple crise sanitaire qui débouche sur une crise économique et géopolitique. Il s’agit d’une crise systémique. Une crise liée à la structure même des organisations artificielles que nous, les hommes, avons créé pour gérer notre monde.

Des éléments factuels

Des structures basées sur l’ego de notre espèce et qui, au fil des siècles, ont complètement déformé notre perception aux réalités les plus élémentaires de la vie elle-même. Nous nous sommes englués dans une hypnose collective et notre perception des faits, même des plus simples, est aujourd’hui biaisée.

On entend par exemple, partout que le virus se répand à une vitesse colossale. Mais la réalité factuelle, c’est que ce n’est pas le virus qui se propage, c’est nous qui le propageons, par nos modes de vie et la mondialisation de nos économies.

On nous dit aussi que le virus s’attaque aux personnes ayant les systèmes immunitaires les plus faibles. Mais ce qu’on oublie de dire, c’est que dans la plupart des cas, ces systèmes immunitaires ont été affaiblis par les produits et les conséquences de ces mêmes structures que nous avons créées : déconnexion avec la Nature, manque de sommeil, stress, pesticides, alimentation industrielle, malbouffe, régime carné, graisses, sucres transformés, chimie alimentaire omniprésente, tabac, alcool, drogues, médicaments en tout genre, pollution… etc.

Les grands défis humainsLes grands défis humains

Une autre réalité factuelle, qui sera d’ailleurs peut-être plus dure à entendre pour beaucoup, c’est que si l’on analyse la situation avec suffisamment de recul, on s’aperçoit que ce Coronavirus, n’est pas un virus mais un anticorps. En effet, si l’on part du principe que notre planète est un organisme vivant abritant une multitude d’écosystèmes interconnectés et interdépendants entre eux, ce qui est factuellement le cas, on peut très bien imaginer que, du point de vue de la Terre, le virus, c’est nous !

Et si ce coronavirus était une défense naturelle que notre planète met en œuvre pour se défendre ? Une sorte d’anticorps pour combattre cette espèce qui prolifère en surnombre sur elle en même temps qu’elle s’attache à méthodiquement la détruire ? Car au-delà de la surpopulation humaine (un sujet essentiel mais ultra-tabou et dont le simple fait d’en débattre est d’ailleurs la plupart du temps très mal vu), les ravages que nous affligeons à notre Terre sont massifs !

L’explosion démographiqueL’explosion démographique

Dérèglement climatique, géo-ingénierie, destruction de la biodiversité, continents de plastique, pillage des océans, extermination des requins, pollutions de l’industrie des transports maritimes, disparition des abeilles, déforestation, utilisation massive des pesticides et raréfaction des terres arables, urbanisation du monde, gaz de Schiste, invasion des produits chimiques, pollution de l’air, démultiplication de nos déchets, pollution des fleuves et des rivières, élevage intensif, maltraitance animale, pollution lumineuse, déchets nucléaires, pollution de l’espace… On ne compte plus les dégradations écologiques majeures ainsi que les immenses challenges que nous allons laisser en héritage aux générations futures.

Les grands défis écologiquesLes grands défis écologiques

Depuis le néolithique, nous avons muté. Lentement au début, puis de plus en plus vite pour arriver aujourd’hui à un point de non-contrôle et de non-retour. Ce sont des faits : en à peine 12 000 ans -une étincelle de temps si on les compare à l’âge de la Terre-, nous sommes devenus une force de la Nature qui l’impacte profondément et en transforme littéralement sa destinée.

Trois issues sont possibles à cette crise

Il y a deux manières de voir les choses. Deux approches différentes diamétralement opposées. La première, c’est de suivre celle vers laquelle les médias nous poussent : la peur et l’inquiétude par rapport au futur.

La deuxième, c’est celle de voir et de comprendre que c’est pour l’humanité une opportunité. L’opportunité de penser différemment. L’opportunité de, enfin, transformer notre monde ainsi que les bases bancales sur lesquelles il repose. Car là nous plus ne nous y trompons pas, de la crise que nous traversons actuellement, il n’y a que trois issues possibles :

  • La première issue serait, à l’image de la crise 2008, que à coup de décisions fortes et de centaines de milliards injectés, nous arriverions à contenir l’épidémie en quelques mois, voire quelques semaines. Une issue heureuse dont nous n’apprendrions aucune leçon et qui nous ferait relancer notre machine économique de plus belle. Retardant ainsi ce moment fatidique de l’effondrement qui attend inéluctablement nos civilisations. Un retard proportionnel à la force du crash que nous prendrons dans les dents.
  • La deuxième issue serait, à l’image de la crise de 1929, que le bordel actuel soit de moins en moins maitrisé et qu’il empire de plus en plus. Les dommages collatéraux se démultipliant, ils enclencheraient des réactions en chaine qui aboutiraient sur un conflit mondial. Un conflit majeur qui, à cause du développement exponentiel des technologies militaires de ces dernières décennies, sera d’une violence tellement incroyable que le souvenir de celui de 39-45 nous rendra nostalgique.
  • Mais il existe une troisième issue. Une troisième voie à ce jour inédite dans l’histoire de l’humanité. Une opportunité de repenser complètement nos systèmes et nos rapports -individuels et collectifs- avec la Terre et l’ensemble des autres espèces animales. Nous reconnecter avec la Nature et l’Univers. Sortir de cette logique économique d’une croissance infinie dans un monde fini qui nous amène inéluctablement dans un mur. Repenser notre monde pour en éliminer toutes les structures fondées sur l’ego, le pouvoir et l’argent pour les remplacer par de nouvelles basées sur l’Amour, la connaissance, le développement personnel et spirituel ainsi que le bonheur.

Il est à espérer que nous empruntions le troisième chemin. Celui de passer aux niveaux de conscience supérieurs et de changer ainsi la plupart de nos croyances et de nos comportements.

Les 8 niveaux de conscienceLes 8 niveaux de conscience

Qu’elle soit personnelle ou collective, chaque crise est l’occasion d’ouvrir les yeux, de comprendre nos erreurs et de faire émerger quelque chose de complètement nouveau. C’est peut-être pour nous la dernière opportunité pour le faire. Saisissons-là. Car si ce n’est pas sur ce coup-là, en plus des nombreux grands défis écologiques énumérés plus haut, de nombreux autres virus multi-millénaires encore en sommeil dans les glaces fondantes du permafrost (c’est l’un des cadeaux cachés du réchauffement de la planète) risquent fort de se réveiller très rapidement. Le Covid 19 ne représentera peut-être alors que l’apéritif d’un immense buffet à volonté qui nous remettra -nous les Homo sapiens- à notre juste place : celle d’une espèce insignifiante perdue durant une étincelle de temps sur un minuscule caillou dans l’immensité abyssale de l’espace…

Gérald Vignaud

Gérald Vignaud est le co-fondateur de different.land. Il s’est donné pour mission de contribuer à construire les générations présentes et futures en aidant les gens à développer leurs différences et à démultiplier leurs valeurs.

Environnement et EcologieSolutions aux grands défis du 21ème siècle

Donne ton avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

98 Commentaires

  1. Sturbelle vendredi 03 Avr.20 17:38

    Bonjour, je voudrais savoir, après cette crise, comment devrons envisager nos relations intimes , humaines.?
    Merci

    Répondre
    • me samedi 04 Avr.20 09:34

      regardez le film « demolition man » et il propose une super solution! (:

  2. paltani rosemonde vendredi 03 Avr.20 10:07

    Merci pour cet article, excellente analyse, non intellectuelle réaliste franche et honnête. C’est l’avis que je partage depuis toujours ! le troisième chemin est celui que j’ai choisi depuis longtemps ! Pas évident, car le premier devoir, est celui que j’ opère avant tout sur moi-même, en premier lieu. Je m’y efforce chaque jour et je pense de toute mon âme, que le travail s’effectue également à l’intérieur de beaucoup de personnes. Je suis très heureuse de ne pas être seule à agir ainsi ! merci pour cet article.

    Répondre
  3. Laurent Jouffray jeudi 02 Avr.20 17:46

    La troisieme voie est la seule possible. Effectivement c’est nouveau et c’est pour cela que nous devons l’essayer et la soutenir, car il est certain que les anciens pouvoirs et leurs representants vont tout faire pour nous imposer les premieres et deuxiemes voies…

    Répondre
  4. MONTOYA jeudi 02 Avr.20 09:58

    Bonjour,
    Une réflexion nécessaire pour une prise de conscience individuelle puis collective.
    Les défis sont énormes, inquiétants même mais le constat est là, difficile de l’ignorer sauf pour certains qui n’ont pas intérêt à remettre en cause le système dans lequel ils nous ont conduits avec ou sans notre accord.
    Gageons que la lutte pour la planète ne se transforme pas en combat entre les intérêts humains.

    Répondre
  5. Auffret jeudi 02 Avr.20 05:02

    Cette troisième voie est comprise par de plus en plus de gens .oeuvrons tous pour diffuser ce message et aider nos proches à ouvr les yeux sur l’essentiel . Merci pour ce beau texte . Catherine

    Répondre
  6. Charlotte mercredi 01 Avr.20 21:47

    Je suis stupéfaite. A mon tout petit niveau, ce sont exactement les hypothèses que j’ai élaborées ce soir dans ma salle de bain, seule face à mon miroir… (confinement oblige) « Et si c’était la terre qui nous envoyait ce virus pour se défendre de nos trop nombreuses attaques, néfastes à sa survie ? »  » Et si ces virus, qui n’existaient pas quand j’étais enfant, venaient du réchauffement climatique ? » Peut-être vous trompez-vous, peut-être que je me trompe aussi, mais quelque chose en moi, qui suis connectée (oui, je suis saine d’esprit, je vous assure) à cette planète, me dit que vous avez, vous aussi, les réponses à ces signaux forts que nous recevons. Je suis navrée de penser que les humains resteront dans l’obscurantisme, affolés à l’idée de voir leurs convictions – et leurs systèmes – s’effondrer. Merci pour votre article visionnaire. Je vais le faire circuler, souhaitant que quelques humains réfléchissent au lieu de se mettre en mode panique et de fermer les écoutilles… pfff… 😉

    Répondre
  7. TASTET mercredi 01 Avr.20 18:03

    Très intéressant . Merci . Du coup , je suis allée chercher un vieux livre : propos sur le bonheur d’ Alain .

    Répondre
  8. Moreau mercredi 01 Avr.20 16:49

    Bonjour Mr Vignaud,
    Interessant et bien entendu je suis à fond, mais après avoir regarder Dirty Money sur Netflix, je pense que le logique est celle d’un Quick Killing, à donf dans le mur avec la Rolex au poignet.
    Désolé, mais l’homme a été mis sur terre pour la ruiner, la bourse va redémarrer dés que ça sera réglé, l’industrie pharmaceutique va essayer de se gaver, et D.Trump sera réélu par un peuple d’obèses perfusé au sucre et au rêve américain, vécu 9/10 fois par procuration.
    Mes filles ne sont pas élevés comme ça, j’ai un contact intime avec la terre, la mer, la nature en général, mais l’homme a le capitalisme dans son ADN, et les gros réservoirs de populations sont en bas de l’escalier, La Chine, L’Inde, l’Afrique, Big Fuck UP.
    Cordialement

    Répondre
  9. Dutemple Isabelle mercredi 01 Avr.20 16:27

    J’ai beaucoup apprécié, votre façon de décrire les différentes situations. Clair, précis, synthétique, votre point de vue est parfaitement exprimé .
    De plus, tout est limpide, fluide, même si parfois c’est effroyablement glaçant , avec des vérités qui font mal …
    Tout cela a le mérite, d’essayer d’éveiller nos consciences.
    Hélas, je reste très pessimiste…

    Répondre
  10. cavion mercredi 01 Avr.20 11:03

    Je suis tout a fais d’ accord sur le sujet, mais je pense que l’être humain est toujours tourné vers le profit . Nous pouvons changer mais le capitalisme financier l’emportera toujours au détriment de la valeur humaine et de la nature. il y aura toujours des personnes qui aimeront l’argent et faire de l’argent
    vivre avec la nature c’est ce que nous devrions faire et en harmonie avec elle .
    Le capitalisme et le virus de l’être humain.
    Je crois que la première solution sera la directive, mais je souhaite que la troisième sera celle que nous prendrons mais je suis septique .
    L’avenir c’est de conditionner les petits bout qui sont au début de leur vie pour
    qu’ils a même de devenir les entrepreneurs d’une nouvelle idéologie baser sur le bien de soi et des autres, Spirituel Amour et l’harmonie de la nature .

    Répondre
  11. Philippe mardi 31 Mar.20 21:19

    Oui j’approuve votre point vue, j’opte aussi pour la dernière solution pas 8choix

    Répondre
  12. Marmotte mardi 31 Mar.20 15:28

    Analyse très pertinente qui rejoint mon sentiment ancien que l’homme, par son comportement, est un intrus sur terre après avoir été une anomalie dans l’univers.
    Je n’ai pas une vision optimiste de l’avenir. Parmi les hypothèses exprimées, la troisième n’a pour moi que fort peu de chances de se produire, sauf si un réveil massif se produit ou bien si le coronavirus fait le « tri » dans ses victimes…
    Moi je pense au mieux que la première issue se réalisera, avant que la seconde ne devienne incontournable, suite à une autre « catastrophe »mondiale, ou bien directement suite à un conflit généralisé qui pourrait bien se produire grâce aux comportements belliqueux et égoïstes de certains des dirigeants actuels.
    La deuxième issue conduira inévitablement à la troisième, mais avec une population mondiale devenue supportable pour la planète.

    Répondre
  13. Bruno Boily lundi 30 Mar.20 22:51

    EGO extinction générale obligé

    Répondre
  14. Stephane Arnaud b lundi 30 Mar.20 13:26

    Compréhensible et clair ….le 3me choix évidemment mais encore faudrait il que toute les hommes sur terre suite pandémie 2020 ……..soient dans la même réflexion et envie

    Répondre
  15. fab lundi 30 Mar.20 10:18

    La surpopulation humaine et la nécessité de réguler drastiquement les naissances sont nos derniers tabous et sans doute les plus forts, car verrouillés par la quasi totalité de nos religions. Il est cependant grand temps d’y songer : empêcher des vies en sauvera beaucoup d’autres.

    Répondre
  16. Philippe dimanche 29 Mar.20 13:53

    entre la bête et l’homme le fou n’est pas toujours celui que l’on croit…

    Répondre
  17. RSBO vendredi 27 Mar.20 17:01

    Pourquoi alors vous soutenir en achetant sur Amazon???

    Répondre
    • Sautejeau mardi 31 Mar.20 00:06

      Bravo ! Faites ce que je dis mais ne dites pas ce que je fais.
      Curieusement vous n’avez pas obtenu de réponse…

    • Gérald Vignaud mardi 31 Mar.20 23:08

      Bonsoir RBSO,

      Je reviens à toi concernant le message que tu nous a envoyé et dont le raisonnement est complètement cohérent. Pour être très transparent avec toi, sache que nous sommes évidemment au courant de l’impact malsain d’Amazon sur le monde et que nous partageons ton analyse.

      Sur cette base là, nous avons donc été très hésitant à proposer de l’affiliation avec eux et après de nombreuses discutions entre nous sur ce sujet, nous avons décidé que oui. Voici notre raisonnement.

      D’une part, nous ne faisons pas et ne voulons pas faire de publicité sur le site et d’autre part, nous nous refusons à revendre les données que nos utilisateurs. Puisqu’il faut bien trouver des financements pour faire fonctionner et se développer la structure, nous nous sommes tourné vers l’affiliation. Au départ, nous nous sommes tournés vers la FNAC.fr qui, nous n’avons pas compris pourquoi, a refusé notre demande de partenariat. Nous avons donc pensé à Amazon. Sachant que l’immense majorité des gens commande chez eux de toute façon, Nous sommes partis du principe que vu qu’Amazon nous rémunère 7% sur les livres commandés chez eux grâce aux liens placé sur notre site, ce serait toujours cela de moins sur leur bénéfices sur des produits. (Peut-être devrions-nous en effet préciser un truc genre :  »seulement si vous êtes déjà un client régulier de cette société »)

      De plus, sache que pour les ouvrages qui soutiennent des ONG, nous mettons directement les liens vers leur boutique, refusant au passage toute rémunération. (comme par exemple le livre « LE MONSTRE DE PLASTIQUES » de l’ONG 7ème continent : https://www.different.land/mediatheque/monstre-plastiques.php ou celui de Lamya Essemlali « PAUL WATSON : SEA SHEPHERD, LE COMBAT D’UNE VIE » : https://www.different.land/mediatheque/paul-watson-sea-shepherd-combat-vie.php)

      Enfin, sache que nous ne désespérons pas d’obtenir un partenariat avec la FNAC.fr à qui nous avons programmé de refaire une demande afin de nous débarrasser d’Amazon.

      Probablement n’est-ce pas la meilleure solution que nous avons choisi et je comprends que notre choix puisse être contesté. Mais il nous fallait prendre une décision pour le lancement du site afin de pouvoir proposer des livres dans la médiathèque. Nous avons fait le choix d’essayer de faire quelque chose que nous jugeons positif (le site different.land) mais d’imparfait et de l’améliorer au fur et à mesure plutôt que celui de ne rien faire.

      Gérald Vignaud
      Co-fondateur de different.land

  18. Josette FIASSE vendredi 27 Mar.20 12:45

    crash que nous prendrons dans les dents :

    cette phrase est à lire et relire plusieurs fois par les lobbiistes et les détenteurs des grosses fortunes, notamment américaines, mais pas que…je ne suis pas certaine MALHEUREUSEMENT que ceux qui doivent en prendre conscience, le feront.

    Répondre
  19. Bernard Parent jeudi 26 Mar.20 00:06

    Le createur voie tous il faut faire mieux.

    Répondre
  20. Horicks mercredi 25 Mar.20 15:24

    Quel plaisir de lire ce qui me tracasse depuis 60 ans ( j’étais encore gamine) : la surpopulation humaine.

    Trop d’humains sur la planète est effectivement LE problème.

    Tous les autres en découlent, tout simplement.

    Comme vous, je me suis toujours heurtée à un hostile tabou que je ne comprends absolument pas.

    Merci !

    Répondre

Pin It on Pinterest