« Si vous trouvez que l’Education coûte cher, essayez l’ignorance ! »

Abraham Lincoln

Dette, 5000 ans d’histoire

Best-seller au États-unis et en Grande-Bretagne, et traduit dans plus de dix langues, La dette, 5000 ans d’histoire est un livre capital commis par David Graeber. Un livre qui remet en perspective l’histoire de la dette depuis 5000 ans et développe une approche totalement nouvelle. Il démontre magistralement que le système de crédit précède la naissance de la monnaie et que la dette a donc toujours structuré nos systèmes économiques et nos rapports sociaux.

Il montre également que le vocabulaire des écrits juridiques et religieux de l’Antiquité (des mots comme « culpabilité », « pardon » et « rédemption ») est issu en grande partie de ces affrontements antiques sur la dette et qu’il fonde jusqu’à nos conceptions les plus fondamentales du bien et du mal. Sans en avoir conscience nous livrons toujours ces combats. La dette, 5000 ans d’histoire est un essai passionnant et essentiel qui nous permet de mieux comprendre l’histoire de notre passé, celui de la crise des crédits en cours ainsi que l’avenir de notre économie.

Initiateur d’Occupy Wall Street à New York, David Graeber est, selon le New York Times, l’un des intellectuels les plus influents d’Amérique.

Découvre en plus sur « Dette, 5000 ans d’histoire »

Également dans Le monde des hommes

livre : Sexus Economicus
Sexus Economicus

C'est le dernier tabou des affaires. Rares sont Les grands contrats qui se concluent sans d'agréables à-côtés pour les décideurs et Les intermédiaires. Et nombreux sont les grands patrons du CAC 40 dont la vitalité sexuelle n'a rien à envier à celle des politiques. Une tradition que l'intérêt supérieur des entreprises ou des États commande de passer sous silence... Mais c'est aussi un danger [...]

Plus d'articles dans Le monde des hommes

Page(s) en lien avec cet article :

Également dans Le monde des hommes

livre : Divertir pour dominer
Divertir pour dominer

Le développement de la culture de masse a entraîné l'érosion des formes autonomes de culture populaire et la dissolution des liens sociaux au profit d'un monde artificiel d'individus isolés, fondement de la société de consommation. Le capitalisme ne peut donc être réduit à un système d'exploitation économique, il représente un "fait social total".II ne tient que sur l'intériorisation d'un imaginaire et grâce au [...]

Plus d'articles dans Le monde des hommes

Donne ton avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Page(s) en lien avec cet article :

Je veux recevoir gratuitement le livre "L’homme qui plantait des arbres" ainsi qu'un pack de 100 visuels de citations inspirantes et m'inscrire à la newsletter.

Non, je verrai plus tard.Oui

Pin It on Pinterest

Share This