different.land Be different. Be yourself.
Sélectionner une page

« L’intelligence de l’Homme a progressé au niveau de la technologie, mais pas au niveau des sentiments. »

Monica Bellucci

L’intelligence du futur

Dans une société où le QI moyen est de 100, un surdoué au QI de 130 ou un génie au QI de 150/160 se retrouvent en haut de l’échelle de l’intelligence.
L’évolution de la technologie amènera bientôt la possibilité de sélectionner à la naissance certains gènes et/ou même probablement de se faire implanter des puces électroniques. Ces possibilités décupleront le potentiel des personnes concernées, reléguant un Bill Gates à une personne à l’intelligence d’un niveau devenu moyen.

Nos enfants iront-ils demain dans des écoles eugénistes ?

De l’homme réparé à l’homme augmenté

La convergence des technologies NBIC nous dirige progressivement d’un monde où l’homme est soigné, réparé, vers un monde où l’homme deviendra augmenté. Le croisement des progrès de l’informatique et de l’intelligence artificielle va, notamment, bientôt permettre de créer des interfaces cerveau/ordinateur. Ainsi, dans un futur très proche, la technologie se greffera imparablement à l’homme.

Un futur qui a en partie déjà commencé : En 2008, l’équipe d’Albert Schwartz -de l’Université de Pittsburgh en Pennsylvanie- lança une première version de ces interfaces en implantant des capteurs dans le cerveau des singes. Les singes concernés ont ainsi pu déplacer, par la pensée, un bras robotisé qui leur servait de la nourriture.

Aujourd’hui, les premières générations d’implants cérébraux électroniques -qui sont de minuscules puces électroniques implantées dans le cerveau des patients- donnent des résultats très encourageants et des techniques permettant aux tétraplégiques de commander un ordinateur par la pensée via un casque qui analyse les ondes cérébrales commencent à voir le jour.

On imagine alors sans difficulté un monde où, demain, nous pourrions être « assistés », via un casque muni de micro électrodes dans un premier temps, et par des puces implantées directement dans notre cerveau par la suite.
Cette assistante décuplerait nos possibilités et, surtout, nous connecterait à internet. Une connexion intégrée et permanente au net qui apporterait sur demande et de manière immédiate une connaissance approfondie de tous les sujets. Elle permettrait à terme de communiquer par la pensée, d’humain à humain. Le vieux rêve de la télépathie ressuscité est aujourd’hui à portée de main.

Beaucoup lisent ce genre d’infos en les croyants complétement irréalistes. Pourtant, des compagnies parmi les plus puissantes au monde travaillent actuellement dessus, en y investissant des milliards…

Au delà de l’aspect moral et éthique fortement discutable de ces technologies, elles ne seront évidemment accessibles -une fois abouties- qu’uniquement aux personnes disposant des liquidités financières adéquates. Les plus riches qui deviennent encore plus intelligents, une garantie certaine pour augmenter encore plus les inégalités.

Quand l’Intelligence Artificielle s’en mêle…

De plus, en parallèle à l’évolution de l’intelligence humaine, la technologie apporte aussi sa contribution à l’évolution d’une autre forme d’intelligence : l’Intelligence Artificielle (AI).

À une époque déjà lointaine, on était persuadé que l’ordinateur ne battrait jamais un cerveau humain. Et puis est arrivé « Deep Blue ». En 1997, il a vaincu Garry Kasparov, champion du monde d’échec, par 4 victoires à 2 !

En 2016, la même chose s’est produite avec le jeu de Go, un jeu aux possibilités pourtant presque infinies.

Le champion du jeu de go battu par un superordinateur

Aujourd’hui, l’augmentation phénoménale des puissances de calcul et les progrès dans le domaine de l’Intelligence Artificielle (IA) laissent présager que celle-ci concurrencera l’homme d’ici le milieu du 21ème siècle, peut-être avant.

Plusieurs spécialistes prévoient même pour l’IA une progression telle qu’elle deviendra, d’ici la fin de ce siècle, beaucoup plus avancée, puissante et subtil que le plus brillant des cerveaux humain.

Une IA connectée à l’internet et installée sur des robots-humanoïdes aux apparences et aux attitudes de plus en plus humaines, le volume des connaissances de l’industrie de la robotique doublant tout les ans.

L’intelligente artificielle apporte avec elle des défis inédits

Le futur de l’intelligence sera donc incontestablement aussi celui de l’Intelligence Artificielle avec tous les défis que cela représente.

En effet, autant une IA peut aider l’humanité d’une multitude de manières, autant elle représente de véritables risques si cette intelligence acquiert la capacité d’apprendre de ses erreurs, de se connecter ou non –sur commande- à de l’émotionnel et d’évoluer par elle-même entrainant par cela un libre arbitre.

Une évolution qui représente un réel danger et qui n’a pas échappé à de nombreux chercheurs. A l’instar de Bill Gates ou encore de Stephen Hawking, de plus en plus de scientifiques n’hésitent d’ailleurs pas à tirer publiquement la sonnette d’alarme.

Est-ce que l’homme va rejoindre la machine pour créer une sorte d’humain hybride avec une IA qui va se brancher directement sur son cerveau ou est-ce la machine qui va prendre le pas sur l’homme ?

Aujourd’hui, même si tout reste ouvert, il n’existe qu’une seule certitude : Que l’on trouve que ce soit une bonne chose ou pas, notre monde évolue inexorablement dans l’une de ces deux directions et rien ne sera plus comme avant.

Une ère nouvelle pour l’humanité commence bel et bien…

Approfondir le sujet

Pin It on Pinterest