« Le nouveau ne sort pas de l’ancien, mais apparaît à côté de l’ancien et lui fait concurrence jusqu’à le ruiner ! » Joseph A. Schumpeter

Les GAFA

A chaque seconde de notre existence, nous produisons de l’information. Des informations sur où nous sommes, où nous allons, sur ce que nous faisons, ce que nous mangeons, ce que nous aimons, ce que nous détestons, ce que d’où disons, à qui nous le disons, pourquoi nous le disons, sur notre santé, nos idées, nos projets, nos émotions, nos sensations, nos actions… ect. Bref, nous émettons des données.

Cette colossale production de données est désormais collectée, analysée puis corrélée par des ordinateurs aux capacités de calculs et de stockage gigantesques. Des capacités qui, grâce aux progrès incessants de la technologie, croissent en permanence.

Depuis son apparition et ses premiers bouleversements, Internet n’a cessé d’évoluer et l’industrie du numérique pèse aujourd’hui autant que celles du pétrole ou de la finance. Ces nouveaux acteurs économiques en croissances perpétuelles rivalisent entre eux sur fond capitalisations boursières démesurées.

Les GAFA - different.land

Les GAFA, les nouveaux maitres du jeu

Appelée communément les GAFA, les 4 sociétés majeures de cette puissante industrie sont Google, Apple, Facebook et Amazon. Chacune à leur manière, elles ont su bousculer les règles et franchir un par un les obstacles qu’elles ont rencontrés pour se développer et s’élancer dans une croissance qui semble sans fin.

Chacune ayant un parcours et une histoire qui lui est propre, ces 4 sociétés hors norme ont su proposer des produits et des services d’une valeur exceptionnelle à leurs clients. Leurs offres sont d’une qualité et d’une utilité telles qu’elles ont su s’imposer massivement. À tel point que pour un utilisateur de l’internet lambda, c’est aujourd’hui plus de 80 % de sa vie numérique qui passe par ces 4 sociétés.

Ces masses de données considérables, s’appellent les Big Data. Ce sont des centaines de milliards d’informations rassemblées ensemble et qui permettent de nous profiler d’une manière ultra précise, anticipant même nos comportements futurs.

Posséder et gérer ces informations sont le nouvel enjeu mondial !

En parallèle à la conquête de ce nouveau pouvoir, les GAFA préparent aussi l’avenir. Dopées par les immenses revenus qu’elles ont tirés de leurs activités initiales, ces 4 transnationales créent de nombreuses filiales et investissent massivement en rachetant les étoiles montantes des nouvelles technologies. (Robotique, Intelligence Artificielle, Réalité augmentée, Technologies NBIC…ect.)

Google est devenue une entreprise de lutte contre la mort

Elles sonnent ainsi l’émergence d’immenses groupes aux capitalisations boursières indécentes et détenant une très grosse partie des nouvelles formes de pouvoir : L’accès à l’information, la connaissance des comportements des chacun d’entre nous, la maitrise des communications et de l’information ainsi que les nouvelles technologies au premier lieu desquelles l’intelligence artificielle.

L’IA dont la croissance est exponentielle et qui sera incontestablement l’un des enjeux majeurs du 21ème siècle.

Des sociétés bien plus puissantes que certains états

Tous ces pouvoirs qui s’intensifient et se regroupent entre les mains d’un nombre très restreint d’intérêt privés ne manquent pas d’effrayer.

Aidé par une optimisation fiscale poussée à son maximum, cela fait déjà quelques années que les capitalisations boursières de ces sociétés dépassent le PIB de certains états d’Afrique. Mais cela s’accentue et dans les années qui viennent, les chiffres d’affaires de ces multinationales dépasseront les budgets de nations très puissantes.

S’il suit sa progression actuelle, le chiffre d’affaire d’Apple atteindra en 2025 plus de 4000 milliards de dollars, soit près du double du PIB de la France de 2015, et plus de la moitié de celui de l’Inde de 2030, pays qui sera alors le plus peuplé au monde.

Au fur et à mesure du développement de leur puissance financière, les GAFA seront de plus en plus indépendantes des états -y compris des Etats-Unis, leur pays d’origine- et pourront leur imposer de plus en plus facilement leurs conditions en les mettant en concurrence les uns avec les autres.

De moins en moins de règles s’opposeront alors à leurs projets et elles prendront de plus en plus de pouvoir au fur et à mesure du temps.

Espérons que la devise de Google « Don’t be evil » ne soit pas juste de la communication…

Google et les autres : une domination abusive ?

Approfondir le sujet

Pin It on Pinterest